éolienne humour
éolienne humour

C’est ce qui s’appelle se prendre une sacrée soufflante! Dans un ouvrage mené comme une charge de cavalerie, Pierre Dumont et Denis de Kergorlay, deux hommes réputés pour leur modération, respectivement entrepreneur et président du Cercle de l’Union Interalliée, se livrent à un réquisitoire accablant contre l’un des mirages les plus répandus de notre époque: celui des éoliennes. Avec la rigueur de la logique et des enchaînements implacables, ils démontrent le coût insensé pour la collectivité de ces moulins à vent d’un nouveau genre.

Ces deux ardents défenseurs de notre patrimoine et de nos paysages expliquent comment quelques écolos dogmatiques sont parvenus à imposer ces grandes machines dans l’opinion. Or le prix à payer de cette utopie est exorbitant – sur notre culture, notre environnement, notre santé et nos finances publiques. Les passages sur l’impéritie des pouvoirs publics et sur la corruption des élus locaux sont éloquents. La puissance du lobby éolien fait froid dans le dos: elle est à l’origine d’innombrables dénis de démocratie dans nos campagnes, nos montagnes et nos bords de mer. Mais le combat n’est pas perdu. Car l’Espagne n’a pas le monopole des don Quichottes.”  Source 

Share

Energie verte

energie verte
energie verte

DEVOIRS DE FEVRIER : L’agriculteur sérieux sèmera le chou cabus, conduira la truie au verrat si elle ne doit faire qu’une portée et plantera la rocambole. Il cueillera la poire de chat brûlé, la pomme pigeonnet à chair blanche, la violette des quatre goûts et de pépin d’or d’Angleterre. Qu’il n’hésite pas à sortir les troupeaux qui s’énervent dans leur étable. C’est le moment de dompter les jeunes taureaux en les mettant aux attelages ; réglez la chose à vos moments perdus. Balayez la neige des étangs en dehors des heures de bureau si leur surface se trouve gelée ; car les poissons ont besoin de lumière. Semez sous cloche le lotier Saint-Jacques, la pervenche de Madagascar. Si vous élevez des hornbostels et autres animaux à fourrure, ne confondez pas le ragondin avec le castor à queue plate (des éleveurs s’y sont laissé prendre), nous ne sommes plus sous Charles IX où le castor courait nos rivières. Le couple de castors vaut cent mille francs, le couple de ragondins dix mille. C’est à quoi vous les reconnaîtrez, c’est leur différence essentielle. Si vous voulez tout de suite en avoir le cœur net, coupez-leur la queue d’un seul coup: section ronde, c’est un ragondin, il ne vous rapportera pas grand-chose; section ovale, c’est un castor, il vous rapportera des fortunes.

Alexandre Vialatte, La Montagne, 9 février 1960.

Share